Togo : Sylvanus Olympio, victime de la Françafrique

Le 13 janvier 2019, Cela faisait déjà 54 ans, jour pour jour, que le premier Président démocratiquement élu de la République Togolaise : Sylvanus Kwami Epiphanio Olympio a été lâchement assassiné, au petit matin, sous les balles de la Françafrique. Et ce, à la stupéfaction totale de l’écrasante majorité du Peuple togolais.

African Daily Voice (ADV) revient sur le parcours de ce leader africain, première victime sur la longue liste des dirigeants et hommes politiques d’Afrique francophone tombés sous les balles de la Françafrique.


Retour sur le parcours de ce leader africain

Figure de proue de la lutte pour l’indépendance du Togo, Sylvanus Olympio a été assassiné le 13 janvier 1963, soit moins de trois ans après son élection à la présidence de la jeune République.

Le père de l’indépendance du Togo est né le 6 septembre 1902 à Lomé dans une famille originaire du Brésil. Très vite, il s’engage en politique.

Déterminé à casser la main-mise coloniale sur son pays – jusqu’à, sacrilège, renier les accords de défense – il avançait ses pions afin de glisser entre les griffes de la Francafrique. Elu président, sa décision de sortir du Franc CFA et de créer une monnaie en collaboration avec l’Allemagne va lui être fatale.

En 1962, des militaires togolais ayant servi pour la France pendant les guerres d’Indochine et d’Algérie, rentrent au pays et réclament leur intégration dans l’armée, soutenus par la France. Parmi eux, Gnassingbé Eyadema. Le président, méfiant, refuse. Le prétexte est trouvé pour mener un coup d’Etat.

African Daily Voice