TOGO: LE PALAIS DES CONGRÈS DE LOMÉ, UNE BÂTISSE EN COMPLÈTE RUINE

Il faisait la fierté de feu le Président togolais Eyadèma Gnassingbé. Il était l’un des symboles de son règne, a vu passer autant de Chefs d’États et de gouvernement que de sommets, autant de concerts que de stars de la musique et de la comédie.

 

Il était également présenté comme l’une des réussites de 38 ans de règne sans partage et son esplanade servait de déhanchement pour les groupes chocs d’animation. Mais cette bâtisse, le Palais des Congrès de Lomé part en ruine. Et l’esplanade sert de cuisine à ciel ouvert pour de bonnes femmes qui y ont installé des commerces.

 

 

La régie des bâtiments publics devrait en principe se charger de tous les bâtiments publics à l’intérieur comme à l’extérieur du pays et un budget devrait être alloué à leur entretien. Mais il se fait que dans ce pays, on laisse presque tous les joyaux de l’État tomber en ruine. Et les exemples sont nombreux pour illustrer cet état de fait: l’ancien palais des gouverneurs, l’ancienne présidence de la République en face de la mer, l’hôtel de la paix, une grande partie de l’ancienne primature qui sert aujourd’hui de cabinet du Ministre de la sécurité et de la protection civile, l’hôtel Tropicana etc.

 

À l’intérieur du pays, certains locaux de préfectures, de sociétés d’État qui n’existent plus et dont les capitaux ont été siphonnés par les prédateurs économiques, ces voleurs patentés qui circulent encore librement et bénéficient d’une impunité sans commune mesure, ces locaux donc sont en ruine et personne ne lève le petit doigt pour leur réfection. Et pourtant des bureaux manquent pour l’administration et la presque totalité des nouvelles mairies n’ont pas de sièges.

 

Il n’y a pas longtemps, ce Palais des Congrès servait de siège pour les députés à l’Assemblée nationale et ces messieurs et dames circulaient allègrement dans ce désordre, dans cette pourriture pour faire figuration comme parlementaires et percevoir des millions par mois sans se préoccuper de la ruine du bâtiment.

 

Comment dans un État normal on peut laisser autant de joyaux nationaux en état de délabrement si avancé. Si de l’extérieur le Palais des Congrès semble tenir encore le coup, il est complètement pourri de l’intérieur. Il suffit de faire un tour du premier jusqu’au deuxième étage, de voir l’état des chaises de la grande salle, de voir les poubelles sauvages qui jonchent les couloirs, les flaques d’eau au sol à cause des fuites dans le toit pour se rendre à l’évidence que le Palais des Congrès de Lomé est une ruine programmée et que son effondrement ne saurait tarder. À quoi servent les montants des locations pour les divers concerts et expositions? Y-a-t-il encore un commandant à bord de ce « bâteau ivre »?

Les autorités ne doivent pas oublier que les bâtiments publics ont été construits par l’argent du contribuable, l’argent issu de la sueur du front de ces infatigables Togolais qui entendent voir leur pays prospérer et de ce fait doivent être entretenu au lieu qu’ils soient laissé à l’abandon.

Jamais au temps d’Éyadèma, on aurait vu autant de laisser aller, autant de voleurs qui opèrent à visage découvert et qui se sucrent sur le dos de la majorité. Il savait donner des exemples et taper du point sur la table. De son vivant, « son » Palais des Congrès ne sera jamais dans cet état. Les nouveaux maîtres du pays font en sorte que beaucoup regrettent le despote.

 

Togoweb