Togo : ce qu’il faut savoir sur la manifestation de samedi contre Claude Leroy

Le Mouvement Martin Luther King (MMLK), un mouvement de la société civile togolaise, voulait laisser éclater sa colère, à travers une marche, puis un sit-in, suite à l’échec récent des Eperviers du Togo, face aux Ecureuils du Bénin, dans le cadre des qualificatifs pour la prochaine Coupe d’Afrique des Nations (CAN) en Egypte.

 

Le MMLK réclame la tête du coach des Eperviers, Claude Le Roy, comme le manifeste également bien de leaders et figures de l’opinion nationale ces derniers jours après cette disqualification du onze national. Le regroupement dirigé par le Pasteur Edoh Komi pourfend ainsi la poursuite du contrat du sélectionneur à la tête de l’équipe nationale. La marche ayant été interdite pour raison « d’itinéraire », par le ministre de l’Intérieur le MMLK a décidé de la transformer en un sit-in.

Mais, le sit-in, selon les informations concordantes, a été finalement dispersé par les forces de l’ordre à coups à coups de gaz lacrymogènes. Problème ? Il a été reproché aux manifestants de vouloir transformer le sit-in en une « marche »… L’idée de cette manifestation, si l’on remonte aux propos souvent tenus par des responsables du MMLK, il y a quelques mois avant ce match, qui sanctionnait la non-participation des Eperviers à la prochaine CAN, est une aberration.

 

C’est une inconséquence et une incohérence.

Car des responsables du MMLK qui sont bien présents dans les débats sur des médias, soutenaient clairement qu’ils ne souhaitaient pas voir les Eperviers participer à la prochaine CAN en évoquant l’affaire des 600 millions de francs CFA que les autorités sportives du Togo peinent à élucider après la dernière participation des Eperviers à la CAN en Afrique du Sud. Ce qui est judicieux. Car beaucoup de Togolais sont attentistes d’avoir des éclairages sur les zones toujours sombres de cette affaire. Normal qu’un mouvement comme le MMLK œuvre pour que la lumière jaillisse dans cet épineux et fumant dossier.

De deux choses, l’une. Soit le MMLK militait pour la nonqualification des Eperviers et on comprend. Maintenant, que les Eperviers ne sont pas qualifiés, le bon sens voudrait que le MMLK se frottât les mains et dise bingo : nous avons raison de souhaiter l’échec des Eperviers dans le cadre de ces éliminatoires, en appelant à ce qu’il y ait une certaine restructuration en profondeur de la gouvernance sportive dans notre pays. Malheureusement, comme la preuve d’une incohérence, le MMLK s’enflamme suite à cet échec qu’il avait pourtant appelé de tous ses vœux et réclame le départ du coach.

La chose et son contraire ! Le MMLK a eu la mauvaise idée d’initier une telle manifestation, pour un tel motif et a récolté les premières conséquences de cette incohérence et de cette inconséquence. Dans un bon pays, c’est tout un discrédit qui planerait sur la tête de ce mouvement, qui en serait aujourd’hui à clamer des excuses pour un tel paradoxe qui se moque bien de l’intelligence des citoyens.

Source: Togo Matin No 524