« Réparer les vivants » : trop de vivants autour d’un mort

Katell Quillévéré adapte avec poésie, mais de manière dispersée, le roman de Maylis de Kerangal.Article Originale sur Le Monde