L’éclairage public en difficulté : Le CGREP fait des propositions

Vendredi dernier, le Comité de gestion de la redevance pour l’éclairage public (CGREP) a tenu plusieurs rencontres avec les collectivités territoriales dans les cinq différentes régions du Togo et de la commune de Lomé. Cette rencontre s’inscrit dans le cadre de la gestion de l’éclairage public qui se trouve être en difficulté, malgré les efforts de l’Etat togolais à remédier à la situation.

Il est donc impératif que des mesures adéquates soient prises afin d’éviter que le pays plonge dans le noir. La catastrophe, selon les responsables du CGREP, « serait de voir les lampadaires solaires tomber tous en panne, de ne pas être réparés et de voir l’obscurité régner dans nos villes la nuit ».

« L’éclairage public est un gage de sécurité et participe à promouvoir le tourisme. En effet, les étrangers ne sont pas attirés par une ville non éclairée. Encore moins les autochtones qui, la nuit tombée, se barricadent dans leurs maisons », a déclaré le Directeur des Énergie et président du CGREP, Abass Aboulaye.

Il a poursuivi : « L’éclairage public qui ne s’allume pas est inutile. Il faut donc l’entretenir, faire la maintenance, et même l’étendre ».

Les informations indiquent que malgré la politique de redevance sur l’éclairage public instauré par le gouvernement en 2010, soit 1 F pour les consommateurs domestiques et autres petits consommateurs, et 2 F pour les industriels, la situation demeure critique en raison de l’estimation des fonds qui ne sont pas totalement perçues par le Comité de gestion de la redevance pour l’éclairage public (CGREP).

Pour le bilan du mois de juillet de l’année 2009 à fin décembre 2018, il a été facturé 10 486 402 671 FCFA, mais 9 357 343 688 FCFA ont été collectés. A en croire le préfet d’Agoè-Nyivé, le colonel Awaté Hodabalo, « les demandes deviennent de plus en plus nombreuses ».

Cette rencontre entre les responsables des collectivités locales et celui du CGREP a permis d’élaborer des propositions, notamment la rationalisation de la fourniture de l’énergie, l’amélioration de la maintenance de l’éclairage public et bien d’autres.

Le président du CGREP Abass Aboulaye, note qu’un rapport contenant toutes ces propositions sera soumis aux autorités compétentes.

Icilomé