Koutéra Bataka : ‘Téléfood est une opération citoyenne qui concerne tout Togolais’

800 millions pour accompagner 1000 entrepreneurs. C’est le montant que le gouvernement togolais cherche à mobiliser actuellement à travers la 23ème opération ‘Téléfood’. Pour sa réalisation, Téléfood a besoin de chaque citoyen togolais et de chaque contribution, peu importe la contribution financière.

 

C’est le message phare qu’on peut retenir des propos tenus mardi sur une radio par le ministre de l’Agriculture, de la production animale et halieutique, Koutéra Bataka.

«C’est une opération citoyenne. Nous voulons que chaque Togolais se sente concerné par cette opération en faisant un don sur les numéros de comptes bancaires, Flooz et Tmoney. Chaque Togolais, quel que soit le montant qu’il a, peut contribuer à la réalisation de cette opération», a-t-il lancé dans l’émission ‘Taxi média chaud’.

Une opération ‘gagnant gagnant’ que doivent soutenir les sociétés. « En faisant des dons, les sociétés ont la possibilité, dans le cadre de leur responsabilité sociétale d’entreprise, de faire générer des entreprises, d’avoir des plantations où elles peuvent aussi valoriser leur crédit carbone. Elles auront la latitude de faire le marketing», a-t-il aussi marqué.

Rien ne sera laissé au hasard. Un compte sera fait de toutes les activités de cette opération, promet le ministre.

«Il y a aura des comptes. Nous avons prévu de faire une opération médiatique qui permettrait de présenter tout ce qui entre. On présentera toutes les réalisations et on fera en sorte que tous les donateurs puissent suivre les plateformes et les applications numériques qui seront développées. Les médias relayeront toutes les messages», a-t-il précisé.

Bref, toutes les entités doivent oser à travers cette opération, a soutenu le ministre. « Nous devons soutenir ces 1000 entreprises pour contribuer à la réalisation de la faim zéro dans le monde », a&-t-il conclu.

Pour information, l’agriculture togolaise se porte très bien, dit le gouvernement. Le secteur occupe de plus en plus d’actifs et de jeunes qui y investissent. L’Etat, à travers le Plan national de développement (PND), met aujourd’hui un accent particulier pour la transformation du secteur.