Il y a un an, Nicodèm Habia a été évacué au Ghana après deux semaines de grève de la faim

Même si beaucoup ne se rappelle pas de cette action qualifiée d’acte patriotique selon certains observateurs, l’histoire retiendra que le président du parti « Les démocrates », Nicodème Habia avait fait acte de bravoure, en faisant deux semaines de grève de la faim.

Le 02 octobre 2018, l’opposant a été évacué suite à une grève de la faim qui a duré deux semaines devant l’ambassade du Ghana au Togo. Il réclamait la libération de ses compatriotes injustement arrêtés lors des manifestations de la Coalition des 14 partis de l’opposition et gardés dans les prisons. C’était sa manière de mettre la pression et forcer la main aux autorités togolaises pour la libération des prisonniers politiques.
Des suites de cette grève, l’homme a été évacué d’urgence à la Clinique Biassa de Lomé. Sans compter que dans un premier temps, le Ghana, pays facilitateur lors du dialogue intertogolais en ce moment, avait envoyé un avion médicalisé pour secourir le leader du parti « Les démocrates » dont l’état de santé était critique à cause de sa grève de faim. Mais le gouvernement togolais s’y était opposé.
Néanmoins, il rejoindra plus tard le Ghana pour des soins et reviendra à Lomé pour, disait-il, continuer ce qu’il avait commencé vu que l’objectif n’était pas atteint. Mais toujours à cause de séquelles laissés par la grève de faim, Nicodème Habia se rendra ensuite aux Etats Unis pour des soins appropriés selon ses proches.
Rappelons qu’avant sa grève de la faim devant l’Ambassade du Ghana, l’acteur politique avait déjà fait une première grève de la faim devant l’Ambassade des Etats-Unis à Lomé, le 03 Septembre 2018.
icilomé