Encore 8 mois de prison pour Folly Satchivi

La Cour d’Appel vient de statuer sur l’affaire Folly Satchivi. Le jeune activiste va passer encore huit (8) mois derrière les barreaux. Ainsi en a décidé cette juridiction qui a annulé la décision du Tribunal de Première Instance.

En effet, lors de l’audience de ce jeudi 10 octobre 2019, la Cour d’Appel a annulé le jugement rendu par le Tribunal de Première Instance, en ce qui concerne le délit de trouble aggravé à l’ordre public. Elle a aussi infirmé partiellement ledit jugement quant au délit d’apologie des crimes et délits. Finalement, le premier porte-parole du Mouvement « En aucun cas » a été condamné par la Cour d’Appel à 28 mois d’emprisonnement dont 6 avec sursis. Mais ayant déjà purgé 14 mois en prison, Folly Satchivi va devoir encore passer 8 mois de plus dans les cellules de la prison civile de Lomé, avant de recouvrir sa liberté.

 

Rappelons que Folly Satchivi été arrêté le 22 août 2018 pour avoir tenu à organiser, selon le ministre de la Sécurité et de la Protection civile, Yark Damehame, une conférence de presse « illégale ». Le jeune activiste contre le régime de Faure Gnassingbé a été accusé et condamné pour « trouble aggravé à l’ordre public et apologie de crimes et délits ». Ce matin, les alentours de la Cour d’Appel ont été bouclés par des hommes en uniforme armés jusqu’aux dents.

 

Folly Satchivi restera donc en prison jusqu’en juin 2020. Notons que plusieurs leaders d’opinion à l’instar de l’artiste Tiken Jah Fakoly, Claudy Siar (producteur de l’émission Couleurs tropicales sur RF), les activistes des mouvements « Y’en a marre », « Balai Citoyen », l’écrivain français Thomas Dietrich, et l’artiste Didier Awadi… ont plaidé pour la libération de Folly Satchivi. Mais visiblement, tout ceci n’a rien donné.