Agriculture: la botte secrète de Cina Lawson pour professionnaliser le secteur

L’Agriculture 2.0 pour laquelle le Togo a souscrit n’est pas seulement l’affaire du Ministère de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique, mais bien des autres départements ministériels connexes.

C’est du moins ce qui se comprend surtout, quant on sait que cette démarche de l’Agriculture 2.0 ne pourrait être concrétisée sans le ministère de l’Économie numérique que dirige Cina Lawson.

En marge de la cérémonie de signature de convention entre le ministre de l’Agriculture et la vice-présidente internationale du groupe EDF (Électricité de France), Marianne Laigneau Mercredi dernier, à Lomé, pour la mise à disposition des paysans togolais des kits de pompage solaire à un prix compétitif, la responsable du département de l’économie numérique dans le gouvernement Klassou, a réitéré l’engagement du gouvernement togolais pour la digitalisation de l’agriculture comme étant une de ses priorités.

Des indications de Mme Lawson, l’exécutif togolais envisage la mise en place d’une base de données qui pourrait permettre de mieux orienter les appuis aux paysans dans le sens de l’amélioration leurs conditions de vie. « Nous voulons mettre sur pied une base de données de tous les agriculteurs au Togo.

On pourra au-dessus de cette base de données, créer des applications qui pourront renseigner les coordonnées GPS ; savoir le nombre de fermiers dans une zone agricole ; la qualité des terres qu’ils cultivent et les cultures que chacun développe », c’est ce que déclarait la ministre de l’Économie numérique.

Aussi a-t-elle déploré l’absence de base de données à ce jour, ce qui ne facilite pas les choses quant à la mobilisation de solutions efficaces et efficientes aux différents besoins des paysans.

Toutefois, reconnait-elle que par le passé ils ont eu « beaucoup de données mais le fait de n’avoir pas digitalisé fait que ces données sont difficilement exploitables ».

Cette fois, assure-t-elle que les choses doivent changer avec la mise à contribution à outrance du numérique pour une agriculture togolaise plus professionnelle.