Affaire CAMES: l’étau se ressert sur le Président Dodzi Kokoroko

La situation se complique pour le président de l’Université de Lomé, Dodzi Kokoroko. Le Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur (CAMES) vient de lui retirer son titre de : «Professeur titulaire».

Le bras de fer entre les sieurs Dandi Gnanmou, Salami Ibrahim, Dodzi Kokoroko et le Conseil Africain et Malgache de l’Enseignement Supérieur (CAMES) vient de connaitre un nouveau rebondissement. Selon les informations, ces trois universitaires sont purement et simplement exclus du CAMES pour une période de 03 ans.

 

En effet, il y a quelques semaines, ces trois ex-professeurs ont été cités à comparaître devant la Commission d’éthique et de déontologie du CAMES pour répondre aux allégations de manquements divers à leur devoirs éthiques. Ils étaient accusées par certains de leurs collègues d’avoir empêcher, chacun à son niveau, « des collègues d’accéder au statut d’agrégation ou d’agrégés ». D’aucuns carrément les accusent d’avoir œuvré à l’échec de leurs collègues aux différents examens pour l’obtention du grade de professeur agrégé.

Mais tout porte à croire ces universitaires, du haut de leur titre, n’ont pas voulu obtempérer à la demande de la Commission d’éthique et de déontologie du CAMES.

 

Dodzi Kokoroko en conférence de presse en avril dernier à Lomé a même déclaré que l’Université de Lomé ne sera jamais une « colonie » du CAMES . « Je n’accepterai pas les pires banalités de ce CAMES», a-t-il pesté. Mais finalement, le CAMES a eu raison de lui et ses collègues récalcitrants.

 

Pour l’heure, celui qui dirige l’Université de Lomé n’est plus un professeur titulaire. Il n’est qu’un simple Docteur en Droit public et science politique.

 

Godfrey Akpa/icilome.com